vendredi 21 janvier 2011

Statistiques Ethniques en France : Combien d'Arabes, de Blancs et de Noirs?

Comme vous le savez sans doute, il est impossible de savoir exactement le nombre et la répartition par ethnies de la population française. J'ai donc dû utiliser divers sources indirectes pour tenter de donner l'estimation la plus réaliste possible. Une grande partie de mon raisonnement repose également sur des estimations très approximatives.

Pourquoi vouloir des statistiques ethniques en France?

Tout simplement parce que l'omerta autour des statistiques ethniques ne sert que ceux qui aiment manipuler les chiffres et insuffler un sentiment de peur chez les français. Cela nourrit le discours de l'extrême-droite xénophobe sur l'invasion de la France par les immigrés, l'islamisation de l'Europe ou encore le grand complot gauche-droite pour empêcher de dévoiler la vérité au peuple français.
En revanche, la publication de statistiques ethniques permettra de mieux cerner les discriminations dont sont victimes les populations minoritaires. Savoir qu'il y a plus de 15% de "non blancs" rendra d'autant plus incompréhensible la quasi absence de diversité au sein du Parlement, de la classe politique, des patrons du CAC 40 et des grands groupes médiatiques, du Conseil constitutionnel et des juridictions françaises, des hauts gradés de l'Armée, des élèves des grandes écoles, etc... Et si en échange, cela met en lumière qu'il y a une sous-représentation des blancs et des asiatiques au sein de l'équipe nationale de football, pourquoi pas?
D'autres pays démocratiques (Australie, Royaume-Uni, Canada, Pays-Bas, USA,...) publient des statistiques ethniques très détaillées. A ce que je sache, cela n'a pas provoqué un arrêt de l'immigration ou une hausse vertigineuse de l'extrême-droite. Alors pourquoi ne pas faire la même chose en France?

Quels sont les principaux groupes ethniques de France métropolitaine ?

Remarquez bien que je ne parle ici que de France métropolitaine. Inclure les Dom-Tom compliquerait davantage les choses. Mais je vais tout de même essayer d'en parler quand j'évoquerais le nombre de personnes noires en France.

J'utilise également le terme ethnie plutôt que race. La principale raison à cela est la polémique toujours d'actualité autour de l'existence même de plusieurs races chez les humains.

Bref, voici les principaux groupes ethniques présents en France métropolitaine :

Les Blancs : ce groupe comprend les français et les étrangers d'origine européenne (qu'ils se considèrent français de souche, d'origine portugaise ou italienne ou autre). Dans ce groupe sont compris les français et les étrangers originaires des Balkans (kosovars, serbes, albanais, croates,...), du Caucase (arméniens, tchétchènes,...). J'y inclut également les personnes de confession juive même sépharade. Par contre, les gens du voyage forment un groupe à part. Je sais que c'est une répartition très arbitraire mais je pense qu'elle reflète à peu près ce que les majorité des gens entendent par la notion de "blancs de France".

Les Arabes/Moyen-Orientaux : inclut les personnes d'origine arabe, berbère, turque, kurde, iranienne, afghane (je les place ici à défaut de les mettre avec les Asiatiques du sud).

Les Noirs : inclut les noirs africains (y compris les malgaches et les comoriens) et les noirs antillais vivant en France métropolitaine.

Les Gens du Voyage : inclut les gitans, yéniches, manouches, roms, tziganes, etc...

Les Métis : question difficile que celle des métis. Est-ce que l'enfant d'un couple franco-algérien entre dans la catégorie des blancs ou des arabes/moyen-orientaux? Est-ce que l'enfant d'un couple dont le père est portugais et dont la mère est afro-chinoise entre dans la catégorie des blancs, des noirs ou des asiatiques de l'Est? Certains métis peuvent facilement passer pour des blancs auprès des gens qui les croisent dans la rue. Tout comme certains métis peuvent passer pour des arabes, des noirs ou autre. J'ai donc décidé de prendre en compte le nombre de métis au Royaume-Uni (là où les chiffres existent) et d'en déduire le nombre existant en France métropolitaine.

Les Asiatiques de l'Est : inclut les personnes d'origine chinoise, vietnamienne, cambodgienne, laotienne, japonaise, coréenne, philippine, malaisienne, indonésienne et l'ensemble des personnes ayant le physique dit mongoloïde.

Les Asiatiques du Sud : inclut les personnes d'origine pakistanaise, indienne, sri lankaise, bangladeshie, népalaise.


Les Autres : catégorie qui peut inclure les personnes originaires des îles du Pacifique ou d'Amérique latine ou toutes celles qui n'entrent pas dans les autres catégories.




Le Calcul :

++Les Blancs :
Je ne calcule rien ici. Je calcule toutes les autres catégories et j'en déduis le nombre de blancs par rapport à la population totale. Je vais tout de même utiliser un indicateur : celui du pourcentage de blancs outre-manche. A savoir 92,14% de blancs au Royaume-Uni et de 90,12% de blancs en Angleterre. Un nombre à prendre avec précaution  pour les raisons suivantes :

1) Les chiffres britanniques datent de 2001 :
Ce qui veut dire qu'en 10 ans d'immigration et de natalité plus forte chez les non blancs, il faut s'attendre à une baisse du pourcentage de blancs par rapport à 2001. En 2007, des estimations de l'office britannique en charge des statistiques avait établi la proportion de blancs en baisse à 88,2% en Angleterre (soit 1,92% de baisse moins en à peine 6 ans).

2) Le Royaume-Uni n'est pas la France :
Des zones entières du Royaume-Uni sont restées très homogènes et très blanches comme l'Irlande du Nord (99,15% de blancs en 2001), l'Écosse (98,19% de blancs) ou encore le Pays de Galles (97,88% de blancs). C'est un peu l'équivalent de la Bretagne chez nous. Sauf que la Bretagne n'a pas le poids démographique combiné des trois régions britanniques précitées. Pour ce qui est de l'Angleterre à proprement parler, son métissage ressemble à celui de la France métropolitaine avec une forte concentration des non blancs dans les milieux urbains et des zones rurales encore très blanches (notamment le nord-est et le sud-ouest de l'Angleterre).

3) La question des Arabes et des Moyen-Orientaux britanniques :
Lors du recensement britannique de 2001, il n'existait pas de catégorie "Arabes/Moyen-Orientaux". Ces derniers ont par défaut coché soit la case "White" soit la case "Other" ou soit la case "Asian". Il faut donc déduire environ 300,000 arabes et 200,000 turcs/iraniens/afghans vivant chez nos voisins britanniques. 



++Les Arabes/Moyen-Orientaux :
C'est sans doute la catégorie la plus difficile à quantifier. Essayons de faire les choses dans l'ordre :

Les personnes d'origine algérienne : mon estimation s'établit à 2,7 millions de personnes d'origine algérienne vivant en France métropolitaine. Ce chiffre inclut les étrangers de nationalité algérienne, les algériens naturalisés français et les enfants de la seconde et troisième (et quatrième) génération qui ont quasiment tous la nationalité française. Ce chiffre de 2,7 millions vient d'Allemagne où les études ont montré que le nombre de personnes d'origine turque s'établit à 2,7 millions. Un chiffre qui semble être confirmé puisqu'il y a 7 ans déjà (2004), on parlait de 2,5 millions de turcs en Allemagne.  Connaissant ces deux communautés très bien et ayant passé un bon moment en Allemagne, il me semble que le nombre d'algériens en France équivaut à peu près à celui des turcs en Allemagne.
Ensuite, il y a un autre indice qui a confirmé cette impression : en mars 2010, en marge d'une visite à Béchar, l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, avait affirmé que 1 français sur 10 ont des liens avec l'Algérie. Je ne sais pas sur quels chiffres il se base. Mais partant de là, j'ai fait le calcul suivant : 1 français sur 10 soit environ 6,3 millions de français métropolitains. Supposant que 40 à 45% sont des pieds-noirs ou descendants de pieds-noirs, 40 à 45% sont des personnes d'origine algérienne et 10 à 20% sont des français qui ont des liens avec l'Algérie pour un motif quelconque. Voilà qu'on retrouve le chiffre magique d'environ 2,7 millions de personnes d'origine algérienne en France métropolitaine. Enfin sur Wikipédia, les chiffres oscillent entre 1,5 et 4 millions de personnes. D'après l'INSEE, environ 500.000 algériens titulaires d'une carte de séjour vivent en France métropolitaine. Sachant que la France a beaucoup plus naturalisé que l'Allemagne (notamment  grâce à un Code de la nationalité moins rigide). 2,7 millions me semble être un chiffre très proche de la réalité.

Les personnes d'origine marocaine : mon estimation s'établit à 2,4 millions de personnes. Si les marocains ont rattrapé les algériens ces deux dernières décennies en nombre de nouveaux entrants. Laissons tout de même un peu d'avance aux algériens dont la vague d'immigration a été plus forte que celle des marocains avant les années 80.

Les personnes d'origine tunisienne : récemment encore à l'occasion des évènements qui ont eu lieu en Tunisie, les politiques et les médias ont répété le chiffre de 500.000 à 600.000 personnes d'origine tunisienne vivant en France. Un chiffre que j'estime proche de la réalité. Même dans les chiffres de l'Insee sur les étrangers et les immigrés, on constate que les tunisiens sont en général 4 à 5 fois moins nombreux que les algériens ou les marocains. Donc, ce sera 550.000 personnes d'origine tunisienne.

Les personnes d'origine turque (y compris les kurdes de Turquie) : environ 500.000 personnes dont 150 à 200.000 kurdes. Si les turcs ont rattrapé voir dépassé les tunisiens ces deux dernières décennies,  l'immigration tunisienne a été beaucoup plus forte par le passé. Le chiffre de 500.000 est à la fois en deçà de celui des tunisiens mais suffisamment proche pour être réaliste.

Les autres personnes d'origine arabe : les libanais, les syriens et les égyptiens sont historiquement implantés en France métropolitaine. Mais il faut ajouter les irakiens (environ 7.000 selon un article de France24), palestiniens, libyens, jordaniens et autres populations arabes. En 1999, il y avait 16.000 étrangers de nationalité égyptienne en France selon l'INSEE. On y ajoutant les enfants, les naturalisés et les nouveaux entrants, je pense qu'on peut monter à 35.000 personnes. La diaspora libanaise est la plus importante de tous. Le chiffre de 225.000 est avancé par le site libanvision.com. Ce qui doit être proche de la réalité au vu du grand nombre de personnalités franco-libanaise. Le nombre de d'étrangers syriens sur le sol français serait de 5.000 personnes.On y ajoutant le reste des pays et en tenant compte des enfants et des naturalisés, on monte à 260.000 arabes hors le trio algériens/marocains/tunisiens.

Les personnes d'origine iranienne et afghane : en 1999, l'INSEE évoque le nombre de 18 376 personnes nées en Iran et vivant en France. Un chiffre de 40.000 personnes (y compris enfants, naturalisés, nouveaux entrants)  semble réaliste. Pour les afghans, les données sont très rares. Je pense qu'un chiffre de 5.000 (un peu moins que les irakiens) est assez réaliste.

AU TOTAL :  on arrive au chiffre de 6,46 millions de personnes d'origine arabe ou moyen-orientale. Si on établit une fourchette d'erreur très large, on peut affirmer le nombre véridique se situe quelque part entre 5 et 7 millions de personnes. Je vais garder pour ma part le chiffre de 6,46 millions. L'INSEE nous dit qu'au 1er janvier 2011, la France métropolitaine compte 63,14 millions d'habitants. Ce qui fait que la part des personnes d'origine arabe ou moyen-orientale est de 10,23% de la population.


++Les Noirs :
La population noire de France métropolitaine est très concentrée en Ile-de-France. Beaucoup plus que la population arabo-turque (qui est parsemée à travers plusieurs régions phares comme l'Alsace, Rhône-Alpes, PACA, Languedoc-Roussillon,...). Le sondage réalisé à la demande du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) avait établi que dans la France métropolitaine+les DOM, il y aurait 1,865 million de noirs âgés de 18 ans et plus en 2007. Environ 22% de la population française a moins de 18 ans. Supposons qu'avec un taux de natalité plus fort, ce taux de jeunes mineurs soit beaucoup plus élevé chez les noirs de France. Prenons un taux grossièrement arrondi de 30%. Le total à partir des chiffres du sondage est de 2,7 millions de noirs en France métropolitaine et dans les DOM.
Essayons maintenant de retirer les DOM pour ne garder que les chiffres de la France métropolitaine. En Martinique et en Guadeloupe, la très grande majorité de la population est noire. Prenons le taux de 80% de noirs en Martinique et en Guadeloupe (le reste étant des indo-caribéens, des blancs, des arabes, des asiatiques). Ce qui nous donne 640.000 noirs en Martinique et en Guadeloupe réunies. Il faut ajouter les chiffres des autres DOM (Guyane et Réunion, on ne tiendra pas compte de Mayotte puisque au moment du sondage en 2007, le référendum de 2009 sur la transformation de l'île en DOM n'avait pas encore eu lieu).
Les chiffres les plus courants sur La Réunion s'accordent à une répartition proche de celle-ci : 35% de cafres (noirs mais fortement métissés), 30% de blancs, 25% de malabars (originaires d'Inde), 5% de sinois (chinois) et environ 3% de zarabes (musulmans originaires du Gujarat en Inde).  Il y aurait donc environ 300.000 noirs sur l'île de La Réunion.
En Guyane, la population est très diversifiée (créoles, amérindiens, noirs, européens, asiatiques, arabes, indiens d'Inde...). Sur ce site, on nous dénombre environ 60% de noirs (y compris les mûlatres) soit près de 200.000 noirs.
Par conséquent, sur les 2,7 millions de noirs de France métropolitaine et des DOM, il y aurait 1,1 million vivant dans les DOM et 1,6 million vivant en Métropole.
On sait déjà qu'environ 600.000 antillais vivent en Métropole (c'est de là d'où vient l'expression de 5ème DOM en raison du grand nombre d'antillais vivant en métropole). Cela laisse donc 1 million de personnes originaires d'Afrique subsaharienne (et d'Haïti) vivant en France métropolitaine.
Je pense qu'avec le nombre de nouveaux immigrés depuis 2007, la natalité, les sans papiers, le nombre actuel  de personnes noires vivant en métropole est à chercher entre 2 et 2,5 millions de personnes plutôt que 1,6 million. Je vais un peu trancher arbitrairement et prendre le chiffre de 2,4 millions. Est-ce réaliste?

1) Comparaison avec le Royaume-Uni :
Je pense qu'il doit y avoir un peu plus de noirs en France qu'au Royaume-Uni. Même si les deux pays ont connu de fortes immigrations en provenance des Antilles, il me semble que le Royaume-Uni a accueilli moins d'immigrés venus d'Afrique que n'a accueilli la France. En 2001, il y avait 1,15 million de noirs au Royaume-Uni (dont la quasi totalité en Angleterre) dont 0,567 d'origine afro-caribéenne (jamaïcaine notamment), 0,485 d'origine africaine et 0,098 d'origine non déterminée. En 2007, les estimations évoquent le chiffre de 1,5 million de noirs (avec pour la première fois un nombre plus élevé de noirs africains que d'afro-caribéens). Avec mon chiffre de 2,4 millions de noirs en France métropolitaine, cela veut dire qu'il y a presque 60% plus de noirs en France qu'en Angleterre. Cela me semble peut-être un peu trop exagéré. Mais gardons le chiffre quand même.

2) Par pays d'Afrique subsaharienne : On a déjà établi que sur les 2,4 millions de noirs, il y avait 600.000 noirs domiens vivant en France métropolitaine. Il reste donc 1,8 millions de personnes à répartir selon les différents pays africains et Haïti. Je vais à chaque fois multiplier les chiffres officiels par 2, 3, 4, 5 et jusqu'à 10 selon les pays.

Les Comores : 300.000 (en France métropolitaine uniquement, les comoriens des DOM et de Mayotte ne comptent pas)
Sénégal : 180.000
Mali : 150.000
Cameroun : 150.000
Madagascar : 120.000
Côte d'Ivoire : 120.000
RDC : 120.000
Congo : 100.000
Haïti : 80.000 (même remarque que pour les comoriens)
Mauritanie : 80.000 (dont certains sont arabes et pas noirs)
Gabon : 50.000
Guinée : 50.000
Togo : 50.000
Centrafrique : 50.000
Angola : 25.000
Tchad : 15.000
Nigéria : 15.000
Burkina Faso : 12.000
Rwanda : 12.000
Niger : 10.000
Autres : 30.000

Honnêtement même comme ça, on arrive pas au chiffre de 1,8 million. On arrive avec des chiffres parfois très gonflés à 1,699 million. Donc, je préfère me contenter du chiffre de 1,7 noirs africains et haitiens + 0,6 noirs antillais = 2,3 millions.

AU TOTAL :  2,3 millions de personnes noires résidant en France métropolitaine. Soit 3,64% de la population en 2011.

++Les métis :
Le nombre de métis en France est bien sûr inconnu. Au Royaume-Uni (en 2001), les métis représentaient 643.000 personnes soit 1,31% de la population. En 2007, l'estimation provisoire les place à 1,7% de la population. Les combinaisons les plus courantes sont : Blanc/Noir Caribéen suivi de Blanc/Asiatique (principalement indien et chinois) suivi de "Autres combinaisons" suivi de Blanc/Noir Africain. Faut-il s'attendre au même niveau de mixité en France?

Je ne le pense pas. Et cela en raison de la composition des populations non blanches en France. En Angleterre, on a observé que les populations musulmanes (pakistanais, bangladeshis, indiens musulmans...) se mélangeaient beaucoup moins que les blacks caribéens ou les chinois ou les indiens hindous ou sikhs. Il y a donc toutes les raisons de croire que pour les musulmans de France fassent preuve d'une aussi grande frilosité à l'égard de la mixité. Et étant donné qu'ils sont bien plus nombreux en France qu'en Angleterre, cela conduit mécaniquement à une baisse de la proportion de métis.

Ensuite, on remarque qu'il y a clairement une moins grande mixité chez les noirs africains que chez les noirs caribéens. Pourtant en Angleterre, les deux populations sont largement chrétiennes. Je pense que l'on observera le même phénomène entre les noirs antillais et les noirs africains de France. J'irai même jusqu'à dire que l'écart sera encore plus grand car une bonne partie des noirs africains de France sont musulmans.

AU TOTAL : j'estime à 1,6% le nombre de métis en France métropolitaine en 2011 soit 1 million de personnes.

++Les Gens du Voyage :
Difficile de trouver des statistiques fiables en raison de la grande diversité de cette population dont une bonne partie est sédentaire. Wikipédia nous parle d'une estimation allant de 500.000 à 1,3 million de roms vivant en France. Un chiffre très approximatif et bien plus élevé que les autres estimations que j'ai pu trouver (ici, ici et ici) et qui tournent entre 250.000 et 400.000 personnes. Je prends le chiffre de 500.000. Ce qui fait 0,79% de la population.

++Les Asiatiques de l'Est : 
Une source parle de 350 à  400.000 personnes. Mais une autre source parle de 600.000 à 700.000 chinois (dans le sens ethnique du terme car cela englobe les chinois du Cambodge et du Vietnam). Il y avait en France environ 43.000 indochinois étrangers en 2010 selon l'INSEE. Si on ajoute les (très nombreux) naturalisés et les enfants des deuxième et troisième génération, je pense que l'on devrait s'approcher des 220.000 personnes. A cela, il faut ajouter les personnes venant de Chine. En 2006, il y avait environ 75.000 chinois de Chine vivant en France. Si on ajoute les naturalisés, les nouveaux entrants et les enfants des deuxième et troisième génération, le nombre actuel doit osciller entre 150 à 200.000 personnes. Les coréens sont généralement estimés à 25.000 personnes (dont près de 11.000 enfants adoptés). Les personnes d'origine philippine seraient 50.000 à vivre en France. Le reste (japonais, thais, indonésiens...) est présent en nombre marginal.

AU TOTAL : prenons une estimation haute de 700.000 asiatiques de l'est vivant en France métropolitaine. Soit 1,11% de la population en 2011.

++Les Asiatiques du Sud : 
On parle dans les médias d'une communauté tamoule (venant majoritairement du Sri Lanka et le reste d'Inde) de 50.000 individus. La communauté sikh de France varie de 5.000 à 10.000 membres. Une estimation de 50.000 pakistanais en France semble être la plus crédible. A cela il faudra ajouter les népalais, les bangladeshis,...

AU TOTAL : environ 150.000 personnes d'origine sud asiatique vit en France métropolitaine. Soit 0,24% de la population métropolitaine en 2011.

++Les Autres :
Cette catégorie regroupe tous ceux qui ne rentrent pas dans les autres catégories comme les polynésiens, les latinos américains, etc... On sait (grâce à l'INSEE) qu'en 2010, les étrangers d'Amérique et d'Océanie représentaient 223.000 personnes. L'immense majorité d'entre eux entre dans la catégorie des blancs (les blancs américains, blancs canadiens, blancs australiens,...). Il reste une minorité de latinos américains d'origine amérindienne, de polynésiens et de mélanésiens. Je donne une estimation arbitraire de 20.000 personnes.

6 commentaires:

  1. """"En revanche, la publication de statistiques ethniques permettra de mieux cerner les discriminations dont sont victimes les populations minoritaires. Savoir qu'il y a plus de 15% de "non blancs" """"


    Heu.. si il y a 15% de non blancs, alors ça veux dire que les blancs subissent un remplacement de population car il y en avait même pas 1% en France métropolitaine il y a 50 ans..
    Bizarre que vous niez ça en parlant d'extrême droite etc.. l'invasion (organisée ou pas, on s'en fout) de la France est une réalité, puisque vous même vous mettez les chiffres...

    Donc c'est drôle que vous parliez de "discrimination dont seraient victimes les populations minoritaire..."

    Car en plus de subir ces discriminations d'état que sont le génocide/remplacement de population (pas besoin d'être d'extreme droite) ou la fameuse et anti blanche discrimination positive (dont vous êtes adepte, donc un peu raciste je pense) les blancs subissent aussi les discriminations au quotidien ... pire, ils subissent la négation d'état des discriminations qu'ils dont ils sont victimes...

    Etat mondialiste

    C'est drôle que vous parliez de "sureprésentation" des blancs.. quand on sait ce qu'il en est réellement..

    La logique voudrait que les blancs soient sureprésentés puisqu'ils sont les descendants d'autochtones (donc les plus légitimes pour choisir du destin de leur peuple), ou car ils sont dans leur foyer civilisationel.

    C'est loin, très loin d'être le cas, surtout dans les hautes sphères.. beaucoup sont blancs oui.. mais quel genre de blancs ?

    Des descendants d'européens récent ?
    Des juifs ?
    Des Français de souche (qui sont la masse blanche) ?
    On pourrai même rajouter certains maghrébins et gitans,
    Bizarre que vous sépariez les gitans des blancs et pas les juifs... comme les juifs certains sont blancs, d'autres moins, d'autant que religieusement les gitans sont chrétiens,
    et pourquoi mettre les juifs avec les "blancs" alors que les juifs eux mêmes distinguent l'antisémitisme du racisme ?


    Une chose est sure, les Français de souche, dont les ancêtres ont fait ce pays, sont les moins représentés, encore moins que les arabes selon mes observations.. il suffi de regarder le gouvernement actuel et les secteurs clés et de faire 2/3 recherches...

    La France n'est pas les états unis, ici c'est pas les indiens les autochtones, mais les Français de souche, stop de reprendre cette vision américaine alors que ces pays n'ont rien à voir.

    Donc faire des stats ethniques avec comme but de faire un état où tout le monde serai représenté parfaitement au pourcentage près c'est la promotion de la dictature.. et c'est à double tranchant.. car si il faut 3 arabes dans un dans tel ou tel secteur, il n'en faut pas 4, ce qui reviendrai à exclure un arabe d'un emploi sur lequel il est qualifié, juste parce qu'il est arabe et que l'entreprise à dépassée le pourcentage d'arabe...

    vous voyez ?

    les stats ethniques, ouais ça peut être bien pour les chiffres de la délinquance qu'on nous cache, ou pour savoir à quel point les Français ne sont plus maitres chez eux sur les questions des secteurs clés... dont tout le monde sait qu'ils ne sont, ni tenu par les arabes, ni par les noirs, ni par les français de souche...


    (sinon, je comprend que vous mettiez les arabes à part pour des raison religieuses ou culturelles, mais ce sont des caucasiens et beaucoup sont blancs, aux usa ils sont répertoriés parmi les caucasiens)

    + les noirs sont bien plus nombreux que vos chiffres en France métropolitaine

    Pour finir partout où j'ai vu ce genre de stats, le chiffre était 20% de non blancs

    RépondreSupprimer
  2. Sans tomber dans la paranoïa de Hyperboréen et avec du recul (car je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce que tu écris), je te remercie pour ton blog qui m'a aidé dans mes recherches scolaires :)

    RépondreSupprimer
  3. @Hyperboréen

    Les premiers Européens étaient les Néanderthals, remplacés il y a 35 000 ans par les Homos Sapiens venus d'Afrique, en passant par le moyen-orient. Puis il y a 7000 ans, ces mêmes chasseurs-cueilleurs européens ont été remplacés en partie par des agrigulteurs venus du proche-orient... et ainsi de suite.

    L'histoire des peuples européens ne s'est pas arrêtée et ne s'arrêtera jamais. Rien ne peut garantir que les nations, les groupes ethniques et les communautés d'aujourd'hui ne disparaitront pas totalement un jour. Les peuples d'Europe, comme les peuples d'Afrique, d'Amérique et d'Asie, sont des produits de l'histoire en perpétuel renouveau...

    Les peuples de l'Europe sont une réalité en train de se former, un projet en cours : il faut qu'ils gardent éternellement ce statut.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi Sayid pour la peine que tu t'es donnée. Même si tes chiffres sont nécessairement imprécis ils me semblent assez crédibles. Je trouve également qu'il est regrettable que nous ne disposions pas de statistiques ethniques pour la France.

    Je suis d'accord avec Hyperboréen quand il dit qu'il faudrait placer les juifs dans une catégorie à part pour des raisons évidentes. Cependant leur nombre (d'environ 600 000 soit 1% de la population) est connu avec beaucoup plus de précision que celui des autres catégories donc chacun peut faire le calcul lui même.

    Des statistiques ethniques sont des données, qu'il serait intéressant de connaître à mon avis. Leur utilisation éventuelle pour servir de base à des projets de loi est une question qui relève de la politique. Il faut se demander quelle type de société nous voulons. Je trouve que les français devraient être plus impliqués dans les décisions concernant l'immigration. L'adoption des lois sur le regroupement familial et la transformation de la nature de l'immigration d'une immigration de travail (temporaire et masculine) à une immigration de peuplement était un changement énorme pour l'avenir du pays et il est regrettable que les français n'aient pas été consultés par référendum sur la question.

    Il ne faut pas non plus s’illusionner sur le mythe d'une race française qui n'a jamais existé. La France est en effet géographiquement et culturellement le carrefour de l'Europe et la population française est donc une sorte de mélange pseudo-stable (comme celle de tous les pays d'ailleurs) et pas une population totalement homogène ou immuable.

    En vérité, il est évident au regard de ces chiffres que la population française est en train de subir une transformation majeure à un rythme d'une rapidité inouïe. Cependant parler de remplacement de population n'est pas tout à fait vrai puisque l'immigration n'est pas le fait d'une population homogène. Oui Raphaël il est vrai qu'il y a eu de nombreuses vagues de peuplements majeures par le passé mais les durées et les échelles de temps n'avaient rien à voir (c'est une question de rapidité du phénomène comme pour le changement climatique ou la crise actuelle de la biodiversité).

    Mon point de vue fataliste est que la mondialisation accélérée qui est à l’œuvre actuellement va entrainer à moyen terme (deux ou trois siècles) un énorme métissage au niveau mondial, une sorte de brésilianisation du monde (enfin si nous sommes toujours là). Il n'existera alors plus de grands groupes ethniques homogènes. Il serait naïf cependant de croire que cela signifiera une diminution de l'intensité des conflits humains, les facteurs ethniques seront tout simplement remplacés par d'autres types de causes.

    RépondreSupprimer
  5. hyperboréen a tout dit.
    Un gros +1 pour le passage :

    "La France n'est pas les états unis, ici c'est pas les indiens les autochtones, mais les Français de souche, stop de reprendre cette vision américaine alors que ces pays n'ont rien à voir"


    @raphael petit

    Oui on est tous africains,mais bien sur.Arrêtes ton fantasme.
    Dans ce cas là tu peux dire ça pour tout les pays de la planète et justifier par cette connerie,qu'aucun pays n'a une identité.Ca s'apelle l'ethnomasochisme du "blanc".Pathétique d'entendre encore ça.

    RépondreSupprimer
  6. Les peuples se construisent continuellement et l'identité est un mythe , sache que deux Marseillais, l'un blanc et l'autre black vivant a Marseille depuis toujours ont plus en commun entre eux qu'un français blancs de Dunkerque et l'autre de Marseille, par exemple.
    La réalité c'est que la classe social est beaucoup plus identitaire que la construction génétique.
    Ensuite il faut savoir que la diversité est beaucoup plus salutaire pour un organisme ,( prouvé scientifiquement).

    Voila pour la réalité scientifique, donc ceux qui aime vraiment la France et qui sont près a se "sacrifier" au nom de cette amour et bien encouragé donc le métissage.
    Je blague bien-sur, mais cela démontre surtout que l'identité n'est qu'un mot hypocrite qui cache la peur et l' irrationalité de ceux qui ne tolère pas la compétition bref l’instinct de survie personnel, une sorte de protectionnisme génétique qui serait d'autant plus valide qu'il est naturel.
    Cro-magnon a du avoir le même sentiment au contact d´homo sapiens. La vérité c'est que la violence seule peut retarder pour un temps, l’évolution.









    RépondreSupprimer